correspondant agoravox

jeudi 25 mai 2017

A LA RENCONTRE DES ARTISTES DE VERRIERES LE BUISSON.

Les 20 et 21 mai derniers, une vingtaine d'artistes de Verrières le Buisson, peintres, sculpteurs, céramistes, graveurs, photographes, illustrateurs de toutes sortes avaient ouvert leur atelier au public. Tout un chacun, un plan fourni par la ville à la main, pouvait gagner les divers lieux, la plupart du temps des villas privées, où faire la connaissance des artistes et découvrir leur œuvre.
La chaleur était forte, en ces belles journées de mai, les distances étaient grandes, et la pente souvent rude. A pied, il n'était guère possible de voir tout le monde.
Voici, pour notre part, nos découvertes...

Au n°9 de la rue de l'église , nous attendaient le sculpteur sur bois Philippe MINEZ et la photographe/ lithographe Pascale AUBERT .
« J'ai vu un ange dans le marbre et j'ai seulement ciselé jusqu'à l'en libérer. »: c'est cette phrase de Michel-Ange  que Philippe MINEZ a choisi de citer dans le profil de sa page Facebook, ce qui donne une idée de la façon dont il conçoit son art. On pouvait admirer dans la cour de la villa de la photographe plusieurs de ses œuvres. On se reportera pour en voir davantage à sa page Facebook:
https://www.facebook.com/Philippe-Minez-Sculptures-217292078347112/.


Une des sculptures sur bois de Philippe Minez.

Pascale AUBERT, pratique donc la lithographie , qui consiste à imprimer sur des pierres. Elle a été formée à cette technique aux Beaux-Arts de la Ville de Paris. Elle en tire notamment des images assez sombres , silhouettes énigmatiques, impressions fugitives, ombres chinoises... Elle utilise aussi différentes techniques qui lui permettent d'obtenir certains effets à partir de photographies: " J’obtiens des négatifs sur papier, pour une autre vision du monde qui m’entoure, notamment la forêt et les arbres que je photographie quotidiennement" (Pour tous renseignements:  pascale.aubert9@ gmail.com)


Un exemple de ses lithographies "sombres".

Reflet, une lithographie plus colorée.

                          Ici un travail sur les arbres réalisé  grâce à une technique photographique.

Il faut grimper sur les hauteurs de Verrières, au 3 allée du bois Benoist, pour atteindre la villa de Françoise ABRAHAM, sculptrice et peintre, où nous accueille, dans le jardin, un superbe bibendum golfeur. Artiste cotée, elle a participé à d'innombrables expositions depuis 1998, et certaines de ses sculptures sont exposées en permanence dans des lieux publics.
"J'adore le dynamisme de ses œuvres", confie Dominique, une visiteuse venue en voisine de Châtenay-Malabry. Ancienne danseuse, elle a été formée d'abord à l'Opéra de Paris, puis a participé  à des troupes de danse contemporaine; et  elle fait maintenant en effet "danser les sculptures"! Des sculptures (représentant souvent des personnages féminins callipyges), qui allient donc rondeurs , couleurs vives, et légèreté... Françoise ABRAHAM fait volontiers visiter son atelier, qui occupe tout le sous sol de sa villa, où elle explique par le menu à qui est intéressé les techniques qu'elle utilise pour créer ses personnages, chose originale, en résine. On peut aussi admirer dans les lieux de nombreux tableaux, eux aussi très colorés, représentant souvent des visages féminins ( Pour joindre l'artiste: abrahamfrancoise@wanadoo.fr

Françoise ABRAHAM , au centre, avec des visiteuses.

Un superbe bibendum golfeur.



Des sculptures qui dansent....

Un des tableaux de l'artiste.

Au 5 allée de la Redonnière, on pouvait découvrir les œuvres  de Tafghodi FARZANEH, peintre et graveur. D'origine vraisemblablement iranienne, l'artiste a été formée notamment aux Beaux-Arts de Paris. On est surpris par ses visages de femmes au visage soit effacé soit voilé partiellement par des éléments végétaux plutôt décoratifs. Référence au voile musulman? L'artiste a participé à de nombreuses expositions."Le voile qui cherche à rendre invisible la féminité est aussi celui qui met en valeur le visage. Celui qui souligne l’expression. Celui qui encadre la beauté, qui la fixe, qui la photographie. Cette ambigüité est pointée dans cette série de portraits : le voile encercle le visage, peu à peu, au fil de ces peintures, le voile emprisonne le visage et finit par l’étouffer". (Présentation de ses tableaux lors d'une récente exposition). On peut voir d'avantage d'œuvres sur son site: www.farzaneh-tafghodi.com  et la contacter sur: farzi2@orange.fr.



Trois portraits de femmes réalisés par l'artiste.

Au 34, route des Gâtines, Sylvie MILLOT, dessinatrice et, elle aussi, graveur, accueillait les visiteurs. L'artiste dessine au départ directement à l'encre de Chine avec un stylo-pinceau "qui permet d'un seul mouvement de la main de faire un trait continu du plus fin au plus épais... comme dans la vie, on avance, sans retour possible et il faut composer avec ses erreurs, faire avec" dit-elle.
"Et puis il y a des carnets, les carnets japonais Moleskine qui se déplient en accordéon sur près de six mètres recto verso. J'en ai toujours un avec moi et au quotidien je dessine au fil de ma vie intérieure et sociale, et le passé et le présent se répondent, l'intime et le monde. De ces carnets, je puise la matière d'une gravure ou d'un dessin" explique-t-elle.
Pour la joindre: sylviemillot@hotmail.fr


Une gravure de Sylvie Millot.

                    Ces quatre rouleaux gravés sur un support de bois représentent les quatre saisons.

Ces "portes ouvertes" ont offert au public une journée de rencontres souvent conviviales et de découvertes intéressantes .

On pourra trouver davantage d'informations sur ces artistes et d'autres sur le site dédié de la mairie de Verrières: http://www.verrieres-le-buisson.fr/spip.php?article7641

Au château du Marais, Laurent THEIS réhabilite la figure de François GUIZOT.

Laurent THEIS, historien reconnu et biographe de François GUIZOT, était au château du Marais (que l'homme politique fréquenta en son temps) dimanche 14 mai pour une conférence intitulée 'François Guizot, la traversée d'un siècle", titre même de l'ouvrage qu'il vient de publier sur cet homme politique majeur du XIX e siècle.

François GUIZOT (1787-1874)  a été plusieurs fois ministre sous la Monarchie de juillet, notamment de l'Instruction publique en 1832 et des Affaires étangères de 1840 à 1848, avant de devenir président du Conseil en 1847. Renversé par la Révolution de 1848, il a été souvent réduit à la figure d'un bourgeois conservateur farouchement opposé à l'instauration de la République. Depuis une trentaine d'années, son rôle et sa personnalité sont reconsidérés, et c'est dans cette optique que s'inscrit Laurent THEIS dans son ouvrage.

Devant une assistance nombreuse et intéressée, l'historien  a d'abord rappelé rapidement l'itinéraire de François Guizot au fil du siècle. Mais il s'est surtout consacré à mettre en lumière les différentes facettes de l'homme politique qui fut un des plus en vue du XIXe siècle en France et en Europe.

Au château du Marais, pendant la conférence de Laurent Theis.

Sont ainsi évoquées la figure de l'orateur hors pair, aux réseaux étendus qui lui assurent une grande influence , mais aussi d'autres facettes plus intimes: mari éperdument amoureux et en même temps séducteur à succés, il fut aussi un père envahissant, un ami dévoué, un épistolier prolifique (sa correspondance est paraît-il admirable)... Il se dégage de tout cela une image beaucoup plus attachante d'un personnage souvent caricaturé.

Ce bourgeois protestant fut aussi un historien important, un philosophe à la source du libéralisme politique, sous l'influence de l'Angleterre dont il a écrit l'histoire de la Révolution. C'est lui qui a tenté d'acclimater chez nous le système représentatif. Sait-on toujours que 50 ans avant Jules Ferry, c'est lui qui a fondé l'école primaire en France, comme en attestent les dates figurant au fronton de nombre de nos mairies-écoles, par une loi de 1833 qui obligeait chaque commune de plus de 500 habitants à créer une école de garçons?

A l'issue de la conférence, Laurent Theis a dédicacé son livre, paru aux CNRS éditions, qui a bénéficié de très bonnes critiques:








mardi 9 mai 2017

LA LETTRE D'INFORMATION N°42 DE LA BLOGAZETTE. MAI 2017. LES NOUVEAUX ARTICLES.

Bonjour,

La BLOGAZETTE est un blog journalistique qui veut faire connaître les initiatives

intéressantes et le  patrimoine remarquable de la région du Hurepoix mais aussi,

éventuellement, d'ailleurs.

Cette lettre vous avise des NOUVEAUX ARTICLES de nos blogs. 

Vous trouverez ci-dessous des liens donnant accès aux articles correspondants, mais

aussi  aux articles  les plus appréciés de nos principaux blogs. 

Bonne lecture !


Cordialement.

Le webmaster :

JM SATTONNAY.

La Blogazette des Ulis et du Hurepoix , une gazette sur le Net , déjà plus de 277 000 pages visitées.
www.jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com

Si vous ne souhaitez plus recevoir notre information, merci de nous le signaler par mail.
Si vous appréciez notre travail, n'hésitez pas à faire suivre ce message à vos contacts!

* NOUVELLES BREVES DU HUREPOIX  ... et d'ailleurs.

Nous sélectionnons pour vous dans cette rubrique des informations intéressantes ou insolites d'ici et parfois d'ailleurs.

Pour les découvrir, cliquer sur:

http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2017/04/15-mai-guizot-lhonneur-au-chateau-du.html

AU SOMMAIRE:

* LE CASTOR SERAIT DE RETOUR EN HUREPOIX!

* IL EXISTE UNE CITE DU CAMELLIA EN ESSONNE: BRIIS SOUS FORGES.

* GUIZOT  A L'HONNEUR AU CHATEAU DU MARAIS LE 14 MAI.

* LE PARC DU CHATEAU DE MEREVILLE DE PLUS EN PLUS OUVERT AU PUBLIC !
Les nombreuses animations prévues.

*ACTUALITES DU HUREPOIX en images:

. CA BOUGE DANS NOS CHATEAUX!

* A LA DECOUVERTE DU " PARCOURS D'HIPPOLYTE", une nouveauté du domaine de Courson.
Les Journées des plantes sont parties à Chantilly. Le domaine de Courson se tourne maintenant vers les familles, avec cette création ludique et éducative destinée aux enfants de 7 à 12 ans.
VOIR: http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2017/04/a-la-decouverte-du-parcours-dhippolyte.html

* IMAGES DE LA CHASSE AUX OEUFS DANS LE PARC DU CHATEAU DE SAINT- JEAN DE BEAUREGARD.
Une tradition maintenant bien établie et qui a un franc succès.
L'occasion lors de ce rendez-vous printanier de découvrir le jardin remarquable déjà bien fleuri, et le verger , un enchantement à cette saison.
VOIR:
http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2017/04/a-la-decouverte-du-parcours-dhippolyte.html

* IMAGES DE LA FETE DES PLANTES DE SAINT-JEAN DE BEAUREGARD:
Fête des plantes, fête des sens.
Le thème, cette fois, était "les plantes odorantes". Mais il y en avait, d'un stand à l'autre, dans cette fête chatoyante de couleurs, autant pour le plaisir des yeux que pour l'odorat.

. EVENEMENTS ARTISTIQUES:

* L'EXPOSITION FORG'ART A FORGES LES BAINS: DES ARTISTES BLUFFANTS!
Qu'il s'agisse de peinture, de sculpture,  de céramique, de photographie, d'origami, ou encore d'art de la dentelle, quels artistes étonnants!
VOIR: http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2017/04/lexposition-forg-art-forges-les-bains.html

*LA NOUVELLE EXPOSITION A ORSAY D'HENRIETTE ADRIENSENCE, peintre et aquarelliste.
Son principal fait d'armes, est d'avoir déjà vendu d'un coup 260 tableaux aux enchères chez Drouot. Découvrez sa nouvelle exposition et celle de son atelier.
VOIR:http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2017/04/peinture-adriensence-et-son-atelier-une.html

* A L'OCCASION DES 40 ANS DES ULIS, TROIS PHOTOGRAPHES ULISSIENS ONT CELEBRE LEUR VILLE:
Le regard croisé de trois photographes sur leur ville, avec un aperçu des photographies exposées.
VOIR:http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2017/04/a-loccasion-des-40-ans-des-ulis-3.html

* A LA DECOUVERTE DU PATRIMOINE DU HUREPOIX ET D'AILLEURS:

* UNE INTERESSANTE VISITE GUIDEE DE LA VILLA SAVOYE, construite par LE CORBUSIER à POISSY (78).
Construite entre 1928 et 1931 pour la famille SAVOYE, elle illustre les "5 principes de l'architecture moderne" définis par l'architecte en 1927... Depuis 2016, la villa est classée au Patrimoine mondial de l'Humanité.
VOIR: http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2017/05/une-interessante-visite-guidee-de-la.html

* VISITE GUIDEE DU JARDIN CHINOIS YI LI A SAINT-REMY L'HONORE (78):
Le seul jardin chinois authentique existant en France. La visite guidée, passionnante, explique au visiteur la conception particulière que les chinois ont du jardin et décrypte tout le symbolisme qu'il recèle. Et en avril, le jardin des pivoines est magnifique!
VOIR:http://jmsattohurepoix.blogspot.com/2016/08/le-jardin-chinois-yi-li-saint-remy.html

* VISITE GUIDEE DU DESERT DE RETZ A CHAMBOURCY, UN PARC ANGLO-CHINOIS A FABRIQUES DU XVIII E SIECLE.
On y croisera les fantômes de Marie-Antoinette, de Mme du Barry, et même de François Mitterrand qui appréciait ce site.
* LES CHRONIQUES DU PARC DES ULIS:

* CHRONIQUES DE PRINTEMPS AU PARC DES ULIS (MARS-AVRIL):
Les transformations de la Nature et les petites surprises de la vie animale au début du printemps.
VOIR: http://jmsatto.blogspot.com/2017/03/chronique-du-printemps-2017-au-parc-des.html

* CHRONIQUES DE PRINTEMPS AU PARC DES ULIS (MAI):

Incongruités, bonheurs, et drames de la vie animale dans le parc ...
VOIR: http://jmsatto.blogspot.com/2017/05/chronique-du-printemps-2017-au-parc-des.html


  * LES PAGES LES PLUS VISITEES DE NOS BLOGS:

+ La Blogazette des Ulis, blog journalistique:
http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2016/01/les-articles-de-la-blogazette-les-plus.html

+  Charmes méconnus du Hurepoix , paysages et patrimoine:
http://jmsattohurepoix.blogspot.com/2013/12/les-pages-les-plus-visitees-depuis-la.html

+ Les Ulis, pays des Merveilles? Un autre vision de cette ville nouvelle :
http://jmsatto.blogspot.com/2015/07/les-articles-les-plus-lus-du-blog-les.html

+ JMS PHOTOGRAPHIES: le meilleur de 8 années de photographie consacrées au Hurepoix et autres lieux.
http://jmsphotographies.blogspot.com/2015/12/jmsphotographies-les-articles-les-plus.html


* SPECTACLES ET EVENEMENTS A VENIR EN 

HUREPOIX et ailleurs:
voir:
http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2016/02/spectacles-et-evenements-venir-en.html

19 et 20 mai : L'HYBRIDE FESTIVAL A IGNY

dimanche 7 mai 2017

UNE INTERESSANTE VISITE GUIDEE DE LA VILLA SAVOYE, construite par LE CORBUSIER à POISSY (78)


                                                   LA VILLA SAVOYE.

Il s'agit d'une maison  construite entre 1928 et 1931 par LE CORBUSIER pour la famille de M. SAVOYE, un riche assureur, sur un site de plusieurs hectares situé sur le plateau de Beauregard et dominant la vallée de la Seine. C'était leur résidence secondaire. Elle applique les " 5 points de l'architecture moderne" définis par l'architecte dans un traité rédigé en 1927: les pilotis, les toits terrasses, le plan libre, les fenêtres en bandeaux, et la façade libre. On y reviendra.
Elle apparaît comme une "boîte en l'air", en forme de parallélépipède, de 9,40 m de haut et de 19 m de large.
C'est la dernière des "villas blanches" réalisées par l'architecte pour de riches familles.

                                 Vue sud ouest, côté porte d'entrée.
La structure de 4 niveaux (sous sol (avec la cave et la chaufferie), rez de chaussée (réservé aux domestiques), 1e étage -" espace vie" des maîtres, et  solarium) tient par les fins pilotis en béton armé (comme la dalle supportée) disposés d'une façon qui rappelle les péristyles antiques (Le Corbusier était un grand admirateur de l'antiquité). Il n'y a donc dans cette demeure aucun mur porteur, mais uniquement des cloisons, d'ailleurs modifiables, et donc personnalisables, à loisir.

Elle est classée aux Monuments historiques depuis 1965, et au Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2016.

                                                               LA VISITE:


Le visiteur a la surprise d'abord d'arpenter une belle allée bordée de grands arbres.

                       Bientôt, encadrée par les branchages, la villa  apparaît.
La façade que l'on découvre lorsqu'on s'est avancé dans le parc est en fait la façade arrière de la maison, car l'entrée  est de l'autre côté.
En effet la maison est orientée en fonction de la vue (aujourd'hui cachée) sur la vallée de la Seine, côté sud ouest.,
Le vitrage tient une place exceptionnelle sur chaque façade, ce qui est permis par le fait que la structure tient par les seuls pilotis, que la façade est "libre", c'est-à-dire "non porteuse".


  La visite guidée  commence au fond du parc, face à l'arrière de la villa, pour la présentation générale.


  Si le guide nous a amenés là, c'est aussi pour nous faire comprendre la notion de "promenade architecturale" voulue par l'architecte.


"L'architecte a conçu la maison comme une sculpture, autour de laquelle on tourne pour l'admirer" explique-t-il. "Le chemin qui mène à la villa est la 1e étape de la promenade architecturale que va entamer le visiteur".
"Quant au péristyle sur pilotis, c'est aussi une allée de circulation pour la voiture de M. Savoye" indique-t-il. Le fonctionnel n'est jamais oublié.
A propos de l'admiration de LE CORBUSIER pour l'architecture antique, notre guide nous informe qu'il a visité le Parthénon en 1912 et en a réalisé 30 aquarelles, signe de sa fascination pour ce monument.

                                                     PLAN DU REZ DE CHAUSSEE.

. On constate d'abord sa forme arrondie (à gauche): on voit que le garage est de l'autre côté de la maison par rapport à l'entrée du parc. La courbure de la façade a tout simplement été prévue en fonction des possibilités de braquage de la voiture de M. Savoye! Et  de façon à faciliter la vue du chauffeur  !
Autrement dit, la forme est soumise à la fonctionnalité chez Le Corbusier: la fonction prime sur la forme, ce qui n'empêche pas l'esthétique!
Ensuite, les voitures étaient garées en épi (cf schéma). On sortait en marche arrière, et la voiture prenait la direction de la grille d'entrée en passant par le péristyle du côté droit (zone de circulation).

. Les pièces (chambre de bonnes en haut, chambre des chauffeurs, buanderie-lingerie... montrent bien qu'il s'agit de l'étage des domestiques.

                                        LES DEUX MOYENS D'ACCES AU 1er ETAGE:

L'escalier en colimaçon.
L'architecte le considérait comme une sculpture en béton armé... Il était destiné à l'usage des domestiques. Il relie aussi le sous sol au reste de la maison. Dans les maisons bourgeoises d'autrefois, les domestiques ne croisaient pas les maîtres.

La rampe d'accès.
C'est l'accès des maîtres au premier étage. Elle illustre aussi le concept de "promenade architecturale". "Lorsqu'on emprunte une rampe d'accès, on ne regarde pas ses pieds, on regarde devant soi et on découvre, on admire" nous explique notre guide.

                                              LE  PREMIER ETAGE :

 C'est "l'espace vie" des maîtres. On y trouve, autour d'une terrasse qui apparaît comme une sorte de cour intérieure, un grand séjour et une cuisine fonctionnelle , trois chambres, celle des parents, de leur fils, et une chambre d'ami, avec aussi un petit salon qui donne sur la terrasse.


 Le séjour ( 86 m2) que LC surnommait "la boîte à chaussures" est séparé de la terrasse par une immense baie vitrée.


                                                     La terrasse (fleurie) vue du séjour.
                                            
De l'autre côté, les fenêtres en bandeaux permettaient aux propriétaires d'avoir une vue sur la vallée de la Seine. Sur trois faces on a donc du verre, presque pas de murs. C'est permis grâce au système des pilotis, qui rend inutile la présence de murs porteurs. C'est ce  que l'architecte appelle le "plan libre".

Par les fenêtres en bandeaux, on a une vue panoramique sur le paysage, et l'impression d'être "à l'extérieur", ce que voulait LC. L'architecte était peintre aussi, les fenêtres horizontales encadrent cette "toile vivante" qu'est le paysage, et le met en valeur, comme  le fait son cadre pour une toile.

En raison de l'importance des fenêtres, il est difficile d'installer des meubles hauts dans cette piéce. Le Corbusier a donc prévu des placards intégrés sous les fenêtres (cf ci dessus).

 Tout le long du plafond s'étire le luminaire en forme de gouttière que Mme Savoye avait demandé à LC de lui procurer.
En revanche, LC ne  s'est pas occupé du design de l'ameublement, Mme Savoye a fait son choix dans des catalogues. Par la suite, l'architecte se préoccupera de "design".

 Le sol est du carrelage, c'était à la mode à l'époque. En revanche, pour les chambres, les Savoye opteront pour du parquet en chêne. Les sols sont d'origine. Les couleurs d'origine des murs n'ont pas pu vraiment être identifiés, le blanc a été souvent choisi lors des restaurations.


La pièce, située au sud ouest, était très inconfortable, très chaude l'été et très froide l'hiver... d'autant plus qu'elle n'était chauffée que par une toute petite cheminée, présence au centre du séjour.

        NOUS GAGNONS LA CHAMBRE DES PARENTS que jouxte LA SALLE DE BAINS:

                                        La salle de bains  vue de la chambre des parents.

On remarque tout de suite la "méridienne" ou lit de repos, copie conforme d'une pièce d'ameublement conçue par LC.
Les petits carreaux sont une réminiscence des mosaïques romaines chez l'architecte.

  La lumière du jour entre ici par ce lanternon. Malheureusement, les infiltrations d'eau passèrent aussi par là au grand dam de Mme Savoye. L'architecte sera obligé d'ajouter des gouttières métalliques en forme de pilotis.

LA PROMENADE ARCHITECTURALE CONTINUE...

Nous nous retrouvons sur la terrasse. Au fond, on voit le grand séjour vitré.

Une nouvelle rampe donne accès au solarium et permet de poursuivre notre "promenade architecturale".


La rampe d'accès aboutit à cette ouverture , qui cadrait autrefois la vallée de la Seine, aujourd'hui masquée par les arbres. Elle donne à gauche sur le terrain de basket du lycée...
Cette vue disparue était l'aboutissement de la "promenade architecturale" organisée par l'architecte...


                                                             Coup d'œil sur le solarium.

                                                     Une des chaises longues installées là.


Fin de la visite guidée. Les visiteurs sont alors invités à parcourir librement les autres pièces non vues du 1er étage: chambre du fils...etc...


Coup d'œil vers la terrasse depuis le solarium.


Mentionnons aussi, à l'entrée du parc, la maison du gardien, construite selon les mêmes principes.
                       LE DEVENIR DE LA VILLA SAVOYE:

. Les SAVOYE ont habité la maison de 1931 à 1940.
. Pendant la guerre elle a été occupée successivement par les allemands et les alliés, et a été très dégradée.
 Les Savoye n'y venaient plus que pour s'occuper du jardin.
. En 1958, les SAVOYE ont été expropriés par la commune, au grand soulagement de leurs propriétaires d'ailleurs, qui ne savaient plus qu'en faire...
Un lycée a été construit sur le domaine. Seul un hectare a été conservé autour de la maison.
. En 1962, la maison est cédée à l'état.
. Elle va être restaurée entre 1963 et 1997, sous l'impulsion, au début, d'André Malraux.
. Dès 1965, quelques mois après le décès de Le Corbusier, elle est inscrite aux Monuments historiques.
. En 1997, elle est ouverte au public.
. Enfin, en 2016, elle est classée au Patrimoine mondial de l'Unesco.

mercredi 3 mai 2017

SAINT-JEAN DE BEAUREGARD: FETE DES PLANTES, FETE DES SENS...

                                     Une fête des sens au rayonnement exceptionnel.

Avec le printemps, la Fête des plantes de Saint-Jean de Beauregard, attendue par les amateurs de jardins, était de retour les 21, 22 et 23 avril. Les 250 professionnels , venus de toute la France et même d'Europe, présents dans le parc du château, ont une fois de plus proposé aux nombreux visiteurs, un choix très varié de plantes parfois rares, ou du matériel de jardin souvent original. Le thème, cette fois, était "les plantes odorantes". Mais il y en avait, d'un stand à l'autre, dans cette fête chatoyante de couleurs, autant pour le plaisir des yeux que pour l'odorat. On vient de loin pour la fête des plantes: "C'est une grande manifestation, qui réunit des professionnels passionnés. On a tous noté la date dans notre agenda" commente Jacques, venu des Cotes d'Armor."Je savais que je pouvais y trouver une plante précise que j'aurais dû sinon aller chercher dans le Nord" explique Françoise, qui vit en Champagne."Ce qui m'attire, c'est le choix immense concentré au même endroit" renchérit Anne, du Poitou. A cela s'ajoutaient comme d'habitude conférences, animations y compris pour les enfants, et l'incontournable attribution de prix aux professionnels créatifs. La pépinière bretonne Vert tige a reçu le prix de St Jean de Beauregard pour sa "Chlorantus fortunei domino".

Par ce temps magnifique, c'était la foule des grands jours!

UNE MANIFESTATION CHATOYANTE DE COULEURS:












LE PRIX DE SAINT-JEAN DE BEAUREGARD:

                attribué à la pépinière bretonne VERT TIGE pour sa "Chlorantus fortunei domino".